Pierre Boulez, compositeur et chef d’orchestre français, s’est éteint le 5 janvier 2016 à l’âge de 90 ans.

Photographie par Jean-Pierre Dalbéra, 2016Ce grand maître remettait en question les acquis fondamentaux de l’harmonie classique et s’était, dans un premier temps, conformé aux lois du dodécaphonisme (technique qui donne une importance comparable aux 12 notes de la gamme chromatique, et évite ainsi toute tonalité. Réorganisation par « séries » des degrés de la gamme chromatique), puis du sérialisme intégral (application de ces principes sériels à tous les paramètres musicaux : hauteur, durée, timbre, intensité). Il s’en dégagea par la suite, mais continuera de créer des œuvres d’une folle complexité, très difficile à interpréter.

En 1976, il fonde l’Ensemble Intercontemporain (EIC), premier groupe français permanent de musique contemporaine.

En 1977, l’Institut de recherche et de coordination acoustique/musique (Ircam), un laboratoire associé au Centre Pompidou, ouvre ses portes. Le président Georges Pompidou, grand amateur de création contemporaine, lui en confie les rênes.

Le compositeur Pascal Dusapin a bien décrit la personnalité de Boulez dans le livre de portraits photographiques de Philippe Gontier, Incidences... Pierre Boulez (Editions MF, 2005) : « Boulez était inapprochable, intouchable avec son discours d’excellence, c’était un “dieu musical” hors d’atteinte pour moi. En outre, les gens autour de lui, peut-être plus que Boulez lui-même, l’isolaient beaucoup. Après, je l’ai un peu connu, et il s’est avéré être tout le contraire, en réalité ouvert, simple et accessible. »

Notes vraiment succinctes pour un aussi grand personnage. Pour en savoir plus voir l’article du Monde du 6 janvier 2016.

 

OPAC Recherche Simple