Fifi, pour commencer, c’est un tableau de l’artiste iranien Bahman Mohassess.

Image illustrative
Cette toile, c’est son fétiche, il ne s’en sépare jamais. Fifi, aussi, c’est lui, Mohassess, une grande bouche qui hurle. De joie ? Au soir de sa vie le voilà qui déroge à sa réclusion volontaire et accepte l’intrusion (charmante) de la réalisatrice Mitra Farahani au plus près de son intimité. Ce peintre et sculpteur qui a connu ses heures de gloire dans les années 60 est exilé à Rome depuis 1968. Une partie de ses œuvres a été détruite par le régime des Mollah, une autre par lui-même « pour ne rien laisser aux vautours ».

OPAC Détail de noticeDemeurent quelques catalogues d’exposition introuvables. Cet artiste très prolifique a été broyé par le régime iranien mais, revenu de tout, il rit d’un rire mordant, communicatif, sidérant. Il brave l’ignorance et la provoque. Pendant deux mois Mitra Farahani écoute, dialogue, enregistre jusqu’au dernier soir où, hors champs, nous assistons à la mort de l’artiste. Son dernier cri : « je suis en train de mourir ». Ce documentaire, ce testament est d’une force extraordinaire. Ne cherchez pas : c’est presque impossible de trouver une reproduction des œuvres de l’artiste sur internet. Seule solution : visionner ce dvd.

 

 

Dossier de presse : http://medias.unifrance.org/medias/224/176/110816/presse/fifi-hurle-de-joie-dossier-de-presse-francais.pdf