Le terme d'États bourguignons désigne l'ensemble des possessions des ducs de Bourgogne de 1363 à 1477.

Image illustrativeLe terme n’est pas d’époque, il a été introduit au 19ème siècle mais une partie des historiens l’emploie couramment aujourd’hui (au singulier pour certains, au pluriel pour d’autres).

Les Etats bourguignons, c’est aussi un rêve de Philippe le Bon et Charles le Téméraire. Le rêve de reconstituer la Lotharingie et l’ancien royaume de Bourgogne.

Philippe le Hardi, reçoit en 1363 la Bourgogne (Comté et duché), de son père le roi de France Jean le Bon, en récompense pour sa bravoure à la bataille de Poitiers en 1356 (« Père, gardez-vous à gauche, père, gardez-vous à droite »). Sa femme Marguerite lui apporte en dot l’Artois et le comté de Flandres (autour d’Ypres, Bruges et Gand). Environ 500 kilomètres séparent Dijon et Ypres. Pour faire court, leurs descendants (Jean sans Peur, Philippe le Bon et Charles le Téméraire) auront toujours le souci de combler les vides sur la carte entre leurs deux blocs de possessions afin de se rendre d’un bout à l’autre de leurs terres sans traverser les propriétés des voisins.

Ce résumé est forcément caricatural, la meilleure solution pour comprendre l’histoire commune de la Bourgogne et la Franche-Comté pendant un peu plus d’un siècle est de se plonger dans la vingtaine de livres de la MDJ consacrés au sujet « Etats bourguignons ». Vous découvrirez une saga épique traversant la guerre de cent ans et ses lendemains, avec des complots, des meurtres entre cousins, quelques rois dont un fou, des anglais et des bourguignons, une bergère manipulée et abandonnée, quelques massacres de flamands… pour finir par une lutte à mort entre « Le prudent » et « Le téméraire », et une bonne vieille trahison qui acheva l’épopée bourguignonne, brisée d’un coup de hallebarde et de quelques bouchées de loups…

 

OPAC Recherche Simple