Les « Historiettes » de Tallemant des Réaux sont une série de portraits au vitriol des « people » du 17ème siècle, ténors de la politique ou de l’église, écrivains (Pascal, La Fontaine, Corneille, etc.), courtisanes ou célébrités de tout poil. En marge de l’histoire officielle et pompeuse, cette peinture du temps en apprend beaucoup sur les petites faiblesses - ou parfois les qualités humaines - des grands hommes et femmes.

Ainsi, le récit d’une remise de décoration par Henri IV :
« Quand il vint à donner le collier à M. de la Vieuville (…) et que la Vieuville lui dit, comme on a accoutumé « Domine, non sum dignus » - je le sais bien, je le sais bien, lui dit le Roi, mais mon neveu m’en a prié (…) La Vieuville en faisait le conte lui-même, peut-être de peur qu’un autre ne le fit, car il n’étoit pas bête, et passoit pour un diseur de bons mots ».

C’est drôle, enlevé et impitoyable, historiquement vrai… l’auteur aurait pris de grands risques à publier ses articles. L’œuvre fut publiée semi-clandestinement jusqu’en 1834. Même au 19ème siècle, la lecture bousculait l’image des héros du Grand siècle et faisait grincer des dents… Mais Dumas s’en est fortement inspiré pour redonner dans ses romans un peu de vie aux icônes compassées…

On peut avoir quelques difficultés au début à lire le français du 17ème siècle, mais l’effort en vaut la peine…

 

Historiettes / Tallemant des Réaux.- Paris : Gallimard, 1967.- (Bibliothèque de la Pléiade). 2 tomes.

Tallemant 1

Tallemant 2